Henriette Rosari artiste peintre

L’acte de créer pour moi :

Pourquoi à un certain moment avais-je éprouvé cette envie de rentrer dans le processus de la création ? Une projection quelque peu boulimique ressentie par vagues successives précédées de rêves oniriques tout en formes et couleurs. J'avais en fait un grand besoin de créer car comment parler de cette démarche sans l'avoir éprouvée? Comment parler de dimension symbolique de l'artiste sans être rentrée soi-même dans cet acte? L'érudition n'est que raison, la création est souvent déraison, espace de liberté où il est possible de se perdre mais aussi de se trouver de la manière la plus intime, en côtoyant les archétypes d’un inconscient collectif qui rassemble après nous avoir quelque peu éprouvé sans concession.

La création pour moi durant des années a été synonyme de projets, de projections, d'enseignements; j'étais « passeur ». Je ne parcourais que les contours d'un acte qui se définit bien au-delà des chemins enchâssés dans les méandres d'une métacognition.

Certes j'étais toujours en éveil, capable d'innover dans les circonvolutions d'un imaginaire débordant, mais toujours sur la bases d'objectifs solides, précis cadrés par la raison. Il y manquait l'âme, l'essence même de l'acte de créer dans toute la dimension d'un moi et d'un soi échappant souvent à toutes les règles de l'intelligence et faisant place à l'intemporalité et l'universalité du principe originel de l'acte de créer.

Créer aujourd'hui pour moi c'est oser, oser se surprendre, laisser aller ses instincts, se mettre à nu. Oser le délire jusqu'au vertige affleurant sans cesse les bords d'un gouffre jusque là insoupçonné. Oser mettre les pas dans tout ce qui peut révéler la conscience collective de la création jusqu'à effleurer et entrevoir l'absolu, l'infini.

Se lover dans les empreintes de ceux qui nous ont précédé au détour d'un tracé d'une forme qui dans l'inspire, expire peut permettre d'entrer dans la respiration de l'univers, grâce à la géométrie sacré.

Pénétrer dans les vibrations d'espaces colorés pour en capter les forces énergétiques.

Entrer au contact de la matière vivante, sensoriellement, sensuellement, ouvrant pour un temps les portes de la Genèse par la médiation d'un substrat où sont enfouis les germes d'une création fécondée.

S'inscrire dans le souffle spiralé de l'univers cosmogonique capable de révéler des parenthèses de transcendance, de sublimation.

Oser s'exposer aux regards de l'autre et cueillir des instants de complicité où deux ne font plus qu'Un parce que chacun aura su accueillir l'autre.

Oser un cheminement rempli de doutes, de questionnements où se croisent et s'enchevêtrent des moments de fusions, d'effusions que je ne maîtrise pas. Mais aussi plaisir de la découverte, suivi d'une invite, d'un lâcher prise synonyme d'aventure au plus profond d'un « soi » inexploré. Oser se révéler, se réveiller hors des chemins balisés, formatés, et jouir de quelques parenthèses où l'indicible règne en maître et où il m'est enfin possible de crier comme Léo Ferré« Ni Dieu, ni Maître...... ».

Symphonie qui s'écrit en accords, désaccords, discordance ou harmonie, dans cet acte de re-création. Tout, en fait pour moi, est commencement pour essayer d'atteindre la musique des sphères ou plus modestement en capter quelques harmoniques. »

Henriette Rosari Allauch le 01 / 11 / 2014

Techniques utilisées :

Aucune copie

- Sur toile : essentiellement formes carré de 20X20 à 100X100 format XL Quelques formats de 50X100 /XL

- Huile Technique mixte avec matériaux divers : Huile, sable, mortier, acrylique

- Sur papier d’Arches :

• Application à la feuille d’or

• Calligraphie

• Encres

En cours de gestation pour future élaboration : Un livre d’Art faisant coexister peinture et écrits inédits personnels.

Certaines de mes œuvres ont fait l’objet de photos par un spécialiste et de tirages d’estampes numériques numérotées.